463 views
 owned this note
###### Tags: `Fabrique des Communs` `Lyon` `événement` # [Fabrique des Communs 2017 - Événement](https://frama.link/communs-lyon-evenement) ![À créditer](/uploads/upload_1044e883cb9e26b219b167b615938130.jpg) ## 0- À propos de ce document Ce [document](https://frama.link/communs-lyon-evenement) décrit la rencontre de la **[Fabrique des Communs](https://lyon.fabriquedescommuns.org)**, à Lyon les 9 & 10/12/2017. <center> <iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/VKj_Fq20oTg?start=5061" frameborder="0" gesture="media" allow="encrypted-media" allowfullscreen></iframe> </center> > Présentation réalisée par @Valentine à l'occasion du colloque *Action Publique / Public en action / Controverse*, le 21/11/2017 à la Cité du Design de Saint-Etienne. Il est mis à disposition - en l'état - selon les termes de la [licence juridique Creative Commons BY-SA 4.0](http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/) (Attribution & Partage dans les mêmes conditions). NB : le choix de licence doit **encore être confirmé par l'ensemble des parties prenantes** de la Fabrique des Communs. <img style="display: block; margin: 0 auto;" src="https://mirrors.creativecommons.org/presskit/buttons/88x31/png/by-sa.png" width="30%"> ## 1- Ressources sur la Fabrique :::info * [Présentation de la Fabrique des Communs 2017](https://youtu.be/VKj_Fq20oTg?t=1h23m22s) * [Carnet de bord de la Fabrique des Communs 2017](https://pad.lamyne.org/s/HyHZVeuNW) * [Appel à Communs (pour les contributeurs lyonnais)](https://pad.lamyne.org/AwIwpghhwBwJwFpgGYCsqEBY4CZMJgEYQIEAzMGAdlRQDY5M7Mg=#) * [Retour sur expérience des contributeurs de la FdC 2017](https://pad.lamyne.org/s/SJ07YMpMG) ::: :::success * [Préparation de l'événement du 9-10/12/2017](https://pad.lamyne.org/s/Hy7-rhBAZ) * [Programme détaillé des ateliers du 9-10/12/2017](https://pad.lamyne.org/s/Sy9qPxXZf) * [Sommaire des PADS dédiés à la documentation](https://frama.link/FDCsommairepads) ::: :::warning * lyonencommuns.org : com' publique et infos pratiques * lyon.fabriquedescommuns.org : forum de coordination ::: ## 2- Histoire des communs ### 2.1- ++Interview(s) virale(s)++ Les questions posées ont été les suivantes : Qui es-tu ? Qu'est-ce qui t'amène à la Fabrique des Communs ? Qu'est-ce que tu viens chercher à la Fabrique des Communs ? Les communs, qu'est-ce que ça t'évoque ? Fabriquer des communs, qu'est-ce que cela signifie pour toi ? 11 interviews ont été enregistrés et sauvegardés dans [la biliothèque ("cloud")](https://cloud.lamyne.org/apps/files/?dir=/La%20MYNE/06%20Evenements/2017/2017_Fabrique%20des%20Communs/Temoignages/Audio&fileid=60836) de la MYNE. ### 2.2- ++[Exposition itinérantes](http://wiki.remixthecommons.org/index.php?title=Expo_sur_les_communs)++ L'exposition itinérante "Les communs" propose de découvrir cette notion à travers la présentation du principe illustré par des exemples concrets issus de différents secteurs d'activité, son histoire et les perspectives qu'il ouvre pour changer notre société. L'exposition est conçue pour pouvoir être utilisée facilement dans le plus grand nombre possible de lieux recevant du public. Les panneaux qui la composent peuvent être imprimés en différents formats, afin de s'adapter à un espace selon ses dimensions et sa fréquentation. ### 2.3- ++Frise participative des Communs++ ### 2.4- ++Projection++ ## 3- Synthèse des ateliers <center> ![](/uploads/upload_5f1b8ad5fd996c4ed3c23733c90ea2ba.PNG) </center> :::info * Economie Circulaire * [Communs urbains](https://frama.link/FDCcommunsurbains) * [Communs de la connaissance](https://frama.link/FDCcommunsconnaissance) * [Modes d'organisation & outils](https://frama.link/FDCmodesorganisation) ::: ### 3.1- ++[Muséomix AURA](https://annuel2.framapad.org/p/FDC2017-Museomix)++ ++Fil rouge++ : "Comment agir avec les musées pour fabriquer des communs ?". 5 angles ont été proposés : médiation, conservation, publics, droits d’auteur & domaine public, territoire. ++Questions initiales++ : le patrimoine culturel doit-il et/ou peut-il être géré en biens communs ? Comment faire du musée un lieu inclusif ? Le numérique peut-il être facilitateur de commun(s) ? En pratique, "le" musée rassemble des personnes aux compétences très différentes et ses événements doivent être ciblés pour faire des choses concrètes. [Museomix](http://museomix.com) permet ainsi à des designers, raconteurs, developpeurs, bricoleurs, etc. de s'associer pour protoyper de dispositifs de médiation, en "trois jours dans un musée". Cette coopération stimule l'inspiration, permet d'imaginer des interactions avec les collections du musée et l'intégration du public du coin. Mission(s) canonique des musées = porter une connaissance vers des publics (d'où la médiation). Tout le but de Museomix est de faire rentrer des créatifs et amateurs dans le musée pour créer quelque chose à la place ou avec le personnel. Questions : comment faire lien avec le(s) public(s) extérieur(s) ? Comment se négocient la gouvernance, la pérennité, les "conflits" ? Museomix repose sur l'articulation entre quelques règles intagibles (communes) et des interprétations libres. Cet équilibre permet à la fois l'enthousiasme et la production opérationnelle de contenus et de dispositifs singuliers d'accueil du public. Chaque communauté locale joue / négocie avec la règle. Museomix est à la fois un espace-temps du liberté ET un cadre protégé (par une marque / un cahier des charges). Véritable paradoxe vivant ! La plupart des communautés qui organisent des Museomix bénéficient de subventions. Mais celles-ci ne sont pas toujours renouvelées, donc cela nécessite de trouver des sources de financement complémentaires. Le bénévolat demande que l'intérêt pour Museomix soit robuste. - En Suisse, le financement est assuré par des fondations qui aident et accompagnent les gens à faire émerger leur structure pendant une durée de 3 ans. Modèle économique pour les rendre robustes et durables, logique plus économique que permettant l’émergence des communs. - Au Canada, des problèmes économiques ont poussé le Muséomix de Montréal à nouer des partenariats privés → pas de cycle vertueux entre création / Libre / croissance / institutions. Il faut trouver des moyens de pérenniser l'économie de Museomix pour que l'esprit demeure (dans les musées qui accueillent une édition de Museomix). Dans le cadre de Museopmix, nes communs ne constituent pas une utopie mais le présent, cela tient de la "gouvernance d'une méthode". Enjeu long terme : aider les institutions à comprendre le langage, à l'insérer dans le leur. Au final, il s'agit de bricoler pour que le projet vive dans l'endroit où il se trouve. NB : pour la "droite", il s'agit d'ouvrir davantage les musées alors que pour la "gauche", il s'agit de l'ouvrir à tou.te.s, d'en finir avec un milieu fermé sur lui même (logique anti-élitiste). ### 3.2- ++Open Street Map Lyon++ ++Participant.e.s++ : Françoise, Pierre, Eric, Yannis, etc. (environ 10 personnes) 1 - Présentation des outils de cartographie participative 2 - Exercice : créer un point, créer un polygone (surface) 3 - Echanges entre participants. Bilan et perspectives > Documentation à rajouter ou à mettre en lien dans ce document si possible. ### 3.3- ++Capteurs Citoyens++ ++Intention++ En février 2018, La MYNE et la Ville de Villeurbanne lanceront le **projet Capteurs Citoyens**. Des habitants du quartier des Buers (quartier de la ville à Villeurbanne), soutenus par la MYNE, construiront des capteurs individuels de qualité de l’air pour rendre compte de l’état de la pollution sur leur quartier, à travers plusieurs ateliers de captation et d’analyse des données. La MYNE veut sensibiliser les habitant.e.s du quartier aux enjeux de la pollution atmosphérique, mais aussi donner une entrée sur le territoire par l’air qu’ils respirent, ainsi que des moyens d’actions pour participer à la connaissance voire à la gestion des problèmes. ++Echanges++ * Les données sur l'air et sa gouvernance / co-gestion en bien commun * Les leviers de mobilisation et de pérennisation d'un collectif de vigies * L'égalité face à la pollution (santé publique et inégalités sociales) Calibration : les données produites sont peu fiables. C'est une thématique ouverte dans le cadre de l'observatoire de l'environnement urbain en Île-de-France (lien avec l’[OPEU](http://www.pytheas.univ-amu.fr/?Observatoire-Pluridisciplinaire-de)). Les nouvelles recherches portent sur les dispositifs dans lesquels de nombreuses données permettent de consolider des données peu fiables (maillage) [Benjamin Hanoune, Mines de Douais]. La problématique de la pollution de l’air se pose pour l’être humain, tant dans l'air que l’on respire que dans la nourriture que l'on ingère : Particules fines dangereuses pour la respiration humaine + quid de leur adsorption sur les plantes comestibles ? Métaux lourds : danger particulièrement pour les hommes à travers une phytoconcentration des polluants par les plantes comestibles (par les feuilles mais surtout par les racines) Humidité & Vent. AgroParisTech participe à l'étude des sources, notamment l’impact de la pollution de l’air sur l’agriculture urbaine. Certaines études indiquent que l'influence des métaux lourds devient acceptable au-delà de 100 m de distance pour l’agriculture urbaine (normes OMS). Les murs et les haies sont autant de barrières physiques aux métaux lourds derrière lesquels il est conseillé de cultiver lorsqu'un jardin comestible est installé à proximité d'un axe routier emprunté. L'influence des métaux lourds diminue avec la hauteur (donc peu de chance d'être concerné par la pollution atmosphérique lorsque le potager est sur un toit au-delà du 2ème étage). ++Exemple de projets équivalents++ : Kodama concept (phyto épuration d’air et d’eau), projet sur la place de la Nation à Paris (interrogagtions sur l'état du projet ? Le statut public des données). Autre approche : acceptabilité du dispositif technique? (cf. l'expérience de Citoyens Capteurs) ### 3.4- ++[Projet Habiter](https://annuel2.framapad.org/p/atelier_mesurelimpact_gestionimmobilieres)++ ++**Problématique**++ : les mesures d'impact conditionnent (au moins partiellement) les évolutions d'un territoire. Qu'est-ce qui est important pour évaluer un lieu de gestion en communs d’un espace ou d’un projet immobilier alternatif ? Avec quelles méthodes pouvons-nous le faire ? ++**Projet Habiter**++ : présentation par @Michel Philippon - Il y a deux ans, j'ai été immobilisé, j'ai donc réfléchi à l'habitat. Envie de reprendre tout le processus de production de l'habiter : côut de construction, accès au logement, question écologique et traitement du végétal en ville. Le projet a été invité à la [Première Biennale d'Architecture de Lyon 2017](http://www.biennalearchitecturelyon.com/projet/habiter/). ++**Axes d'exploration**++ : - Aborder la question de l'architecture sur des bases collectives et participatives. - Création d'un groupe de professionnels du bâtiment et de décideurs, qui se réunit à Ambérieu-en-Bugey, (grande banlieue de Lyon à l'urbanisme très dégradé et noeud ferroviaire). Il y avait récemment 2500 habitants qui travaillaient à la SNCF (sur les 14 000 habitants de la ville). Travail sur des espaces ponctuels en accord avec la communauté de commune (ateliers une fois par mois, avec des habitants par le biais d'un centre social) - Réalisation du film "*Ambérieux les anges*" (portrait de la ville). Réparation d'une maquette qui représente les quartiers. Dessus, prototype d'habitat dans une verraière (horticole). - Intention de créer un collectif de contributeurs pour répondre à des appels à projet. Les outils numériques sont importants car les habitant de ces quartiers (notamment les jeunes) sont "très" connectés. Lieu physique où l'on se réunit : **Lab 01** ("Fablab" d'Ambérieux et de la plaine de l'Ain), initié par une cinquantaine de membres-fondateurs, dont une moitié d'entreprises et de particuliers. C'est un lieu de rencontre et d'échanges entre des personnes qui font des projets. Dimension sociale atypique. **Projet Matricis** : https://www.projethabiter.org/2017/11/24/matricis Prendre Ambérieu comme prototype et la transformer en ville future : mobilité, batiment, énergie. Au niveau du quartier physique d'Ambérieu, beaucoup de quartiers et de bâtiments peuvent être utilisés. Il ne s'agit plus de dessiner une ville par un auteur, c'est de l'intelligence collective. Quand on fait l'école d'architecture, ou pire, l'école des Beaux arts, on veut être auteur. Comment rester auteur, mais dans l'échange et l'ouverture avec les autres ? ++Mesure d'impact++ :::info Prise de notes de l'atelier + diagrammes explicatifs : http://bit.ly/2APgUvg ::: Proposition d'étude d'impact avec les habitants du quartier. Est ce une méthodologie ? Ville : études d'urbanisme sur le quartier / rénover un quartier = raser une tour ? Mais on peut transformer un quartier sans raser une tour. Déjà raccordés à des réseaux & des communes. Etude OuiShare / Chronos : comment les villes moyennes se développent : http://ouishare.net/it/events/les-villes-moyennes-de-l-agonie-a-la-resurrection Travail en "post-smart-city" : il ne suffit pas de mettre des capteurs et de tout connecter. Démocratie fluide : gouvernance avec 1000 habitants, avec un vrai pouvoir de vote et de choix ? Méthodologie par leadership autour d'une personnalité qui porte des valeurs ? Retour d'expériences par Michel Philippon & les représentants du Lab01 à Ambérieu : - Ils ont un lien fort avec le centre social, la communauté commune, etc. - "Ils ont une histoire avant nous" (les décisions et planning sont en route) - Pour le projet Matricis - Ils vont travailler et tester avec les chercheurs. ### 3.5- ++[Tiers-Lieu(x) Alfortville](https://pad.lamyne.org/EwZmCMDMAZoFgLRwJzQGxIIwA5kPCHAIZJzjgDGFkR20FcQA?)++ ++**Contexte**++ : visite de la communauté d'Alfortville (plusieurs personnes de *J'aime le Vert* et *Alternatiba Alfortville*) introduite par *Zone-AH!* (Bruno Vitasse) : exp. en matière de tiers-lieux et transition écologique, pour installation d'un tiers-lieu à Alfortville ou à défaut dans le 94 => politique locale, recherche d'espace, animer une communauté (motiver / préserver la motivation), utiliser [Communecter](https://www.communecter.org) pour connecter les projets, trouver des liens, retours d'exp. > **De l'écologie intérieure** (la démarche de projet et la démarche externe) Les valeurs sont importantes. Plusieurs valeurs communes sont partagées dans les lieux : **réciprocité et bienveillance**. Beaucoup de choses et d'informations dans le lieux : importance des indications pour formaliser des repères. Tout le monde peut trouver ce qui l'intéresse selon son propre prisme et ses intérêt. ex : cuisine / atelier de fabrication / espace de discussion. **++Exemple de La MYNE++** : un tiers(-)lieu(X) ne se visite pas, il se vit. Le lieu s'adapte en fonction de ce qu'il s'y passe / qui est concierge / qui organise... Chaque conciergerie est différente. Affichage des projets pour que chacun puisse savoir ce qui se passe dans le tiers-lieu. ++Les modalités d'utilisation du matériel (en commun) sont assez sophistiquées++ - Récupération dans une logique de "prendre au cas où" on puisse l'utiliser plus tard - Nécessité d'identifier les besoins avant de chercher / récupérer/ acheter du matériel. - Matériaux : pose la question de la place / de l'entretien / du temps de stockage - Prototype : pose la question du temps de stockage / (maintien / accès et sécurité) - Test d'Inventaire. Proposition de faire payer le stockage (demande de la vigilance) ++**La MYNE**++ * Espace qui fédère un écosystème permettant à d'autres personnes de participer à la communauté / l'écosystème. La définition de La MYNE est régulièrement discutée, mais il existe une base consensuelle = communauté de personnes qui permettent de mettre en capacité d’autres personnes sur tout type d’initiatives, entrepreneuriales ou associatives, sur le principe de "l'open source". "La MYNE ne porte pas les projets, elle les accompagne, comme un catalyseur". La MYNE est un cadre pour faciliter les projets sans être structure d'accompagnement / porteuse de projet. * Asso. loi 1901, avec un conseil collégial constitué de 8 personnes. Va vers le modèle de la coopérative en se rapprochant d'autres coopératives pour réaliser des petits bouts de la gestion (juridique, comptabilité, contrat de réciprocité, etc.) La mise en place et le suivi de cadres de réciprocité ont révélé que les rôles se sont repositionnés, ont changé. Montée en compétences, besoin de transmission de l'informatin. Brain Trust = bureau opérationnel qui se réunit toutes les semaines pour suivre les affaires courantes (ex : réponse aux appels d'offres) et sollicite la collégialité pour monter les projets et prendre les décisions. GT (groupes de travail) : #GT-MYNE, #GTcom, #GTSI, #GT-strat-éthique. Outils : Rocketchat, Framateam. * Les nouveaux projets ont un.e parrain/marraine qui fixe avec l'équipe projet les objectifs et le périmètre. Espace dédié et défini, mis à disposition des contributeurs, étiqueté et mis à une place identifiée. Conciergerie tournante : le concierge est référent pour ouvrir/fermer le lieu. Il existe une communauté de concierges qui savent présenter le lieu, où se trouvent les choses. Principe de boite à clé. La communauté de concierges connait le code. * En auto-gestion, les concierges du jour devraient être identifiés dans un document partagé. Relance régulière pour que les concierges s'inscrivent mais ça ne fonctionne pas toujours. Concierges sur-sollicités. "La MYNE n'est pas un lieu pour bosser" (paradoxal ?).La Myne cible des temps de visite. Des porteurs viennent, ouvrent et font ; pas les concierges. Présentation de la structure par des personnes ≠ à chaque fois à Alfortville et La MYNE. ++**Alfortville**++ * Anarchie dans les tiers-lieux, Coworkcity. Ouverture des espaces jardins avec des clefs dans boite à code. 30 personnes sur 150 (La MYN, on est dans un rapport 20/200). ++**Worklab Paris**++ * Le ménage était assuré par la conciergerie solidaire des Grands Voisins. Depuis le départ de l'animatrice du lieu en septemnbre 2017, même si prise en charge distribuée entre certains usagers, on a vu une détérioration (le Worklab a déménagé du site des GV qui entame sa 2e phase en 2018 pour 2 ans avant la livraison de l'écoquartier = préfiguration) :::info ++Questionnements++ : Gouverner les tiers-lieux / Quels liens avec les pouvoirs publics, les espaces publics ? (Pas abordé) / Ecologie et émancipation ? (Pas abordé) ::: ### 3.6- ++Logiciel Communecter++ Moteur de recherche territorial et cartographie collaborative Outil : GEOSSE - Lie plusieurs données d'outils de cartographie collaborative. Ex. : sur LYON, cartographie des Colibris. Communecter est composé de plusieurs modules. Deux entrées : repertoire et cartographie. Fonctionnalités : cartographie (tri par tags), système d'annonces , système d'agenda, carto des tiers-lieux, système de fiches en open data (ou non) / en open édition (ou non), espace collaboratif avec possibilité de prises de décision, organisation de tâches (liste de tâches) par thématique, messagerie (avec rocket chat), espace de stockage. Communecter est gratuit. Le projet est né d'une dynamique locale à La Réunion, où un réseau souhaitait se doter d'un outil de dynamisation des mouvements locaux. Aujourd'hui, ce sont des personnes partout dans le monde qui peuvent se saisir de l'outil pour l'améliorer en rejoignant les workflow, en apportant du contenu, en créant des fiches, etc. Cela permet de créer des liens à la fois géographiquement et par types de structure (décentralisé). L'association ZERO WASTE a décidé d'utiliser Communecter comme outil. ZEBU projette de communecter les brasseries ! Le workfow de gouvernance : proposition, action de l'idée, archivage des données. Système de vote, notamment le vote incomplet. Ce n'est pas un vote contre, ca empêche la prise de décision si le projet n'est "pas encore" compris. Donne la possibilité de changer d'avis. Exemple d'un projet de création de QR code, pour retracer du contenu thématique (Alternatiba). Une nouvelle démarche dans le Nord Est en cours : création d'outils open source mutualisés pour l'ensemble des structures. Désormais, Alternatiba fait aussi sa plateforme collaborative. ### 3.7- ++[Coopérative Maintenant](http://maintenant-coop.info/)++ :::info Cette présentation constitue un état des lieux partiel d'un projet de coopérative immobilière, qui est en train d'émerger depuis sept. 2017 en région lyonnaise. Ce projet est en cours de construction, avec la réunion régulière d'une trentaine de personnes constituant un "groupe de fondateurs". Partant de réflexions politiques et opérationnelles de l'économiste et chercheur Baptiste Mylondo (partie-prenante du projet), ils développent plusieurs groupes de travail afin de défricher les aspects juridiques, économiques et légaux du projet, préparer des prises de décisions à venir, et étudier le champ des possibles. ::: Réflexion de départ : le logement est important dans la vie et le budget d'un ménage. Son accès est primordial, donc il devrait être réfléchi de façon collective, contre la logique de spéculation. Il y a différents types / régimes de logements : (1) locataire ou proriétaire : participation à la spéculation immobilière (2) types "hors système" (e.g. squat, occupation en bien commun). Les **coopératives d'habitants** consistant à acheter à plusieurs et rénover un bien. Cela prend du temps (un projet met 10 ans à se monter). Initiatives trop peu nombreuses pour le moment. Il faut passer au niveau supérieur si l'on souhaite avoir un impact plus fort sur la question du logement. La **cooperative immobilière** achète un bien pour les non propriétaires, qui payent un loyer en retour. Ce loyer rembourse l'emprunt bancaire effectué par la coopérative et une partie de ce loyer permet d'acheter des parts dans la coopérative. La **propriété d'usage** est consacrée. Elle donne la possibilité de décider des travaux par exemple. Quelle validation collective ? C'est à définir. ++Idée a long terme++ : sortir les logements du marché de l'immobilier et ne plus avoir un loyer mais une cotisation pour couvrir les frais de fonctionnement → **accès pour tous au logement.** Plus de propriétaires physiques, les biens sont possédés par la coopérative. Tout le monde a un statut égal dans la coopérative. A terme, il s'agit de résoudre les problèmes de hausses des prix du foncier et des rapports de force locataires/propriétaire, recréer des liens (≠ individualisme). Etre propriétaire = rassurant mais entretient le système capitaliste. Le propriétaire n'est pas le vrai gagnant : ce sont les banques qui prêtent, l'Etat par l'intermédiaire des notaires, et les agences immobilières. Injustice de l'accès au logement. Coop immobilière = redonner le pouvoir de décision aux sociétaires/locataires, par rapport aux rénovations ou impayés. ++Questions++ : * Que devient l'usager quand il déménage ? Coopérative suit ? → Question du territoire. * Objectif de gratuité : axer l'objectif sur un cout d'entrée minimum au bout d'un laps de temps relativement court (15 ans ?) Quelle position par rapport aux bailleurs sociaux ? * Y a-t-il des liens avec terres de liens qui fonctionne avec de l’épargne citoyenne ? * Est-ce que les parts sociales suivent l'inflation ? Comment sont-elles définies ? Limite au niveau du territoire ? Non, mais limite au niveau des coopérateurs, pour garder une possibilité de prise de décision → Il faudra essaimer en plusieurs petites coopératives. Gérer un commun : nécessité que les gens se parlent = exercice difficile à beaucoup et sur le long terme. Coopérative au Québec (20 ans) : organisme intermédiaire qui construit des logements puis les loue à un groupe de personnes, qui achètent aussi petit à petit des parts sociales. La différence avec la coopérative immobilière que l'on construit, c'est qu'elle achète des logements existants. Rennes a maitrisé son foncier et le gère publiquement. Une ville a droit de préemption sur l'achat du foncier mais doit se justifier des projets, et avoir la trésorerie pour suivre. Fonds initiaux = emprunts aux banques pour se lancer. Idée de squatter des batiments pour faire baisser la valeur des biens et permettre un rachat à bas prix. Les ex-squatteurs vivent de façon pérenne et remettent le bien en état. Les squats à Amsterdam ont provoqué le changement des bâtiments vides en logements sociaux. Un réseau existe en Allemagne (créer une propriété d'usage pour des logements : même droits que des proprio, sauf revendre). ++Remarques++ : * Nécessité d'un changement de paradigme vis-à-vis de la possession d'un logement. * Importance de l'échelle nationale pour rassurer (les potentiels coopérateurs) * Problématique des espace ruraux ou il y a peu de demande d'installation... * Proximité géo permet de garder un lien et de l'empathie entre coopérateurs * Possibilité de commencer en tiers-lieu pour proposer des services, ne pas avoir de dette au démarrage et avoir des locaux qui "produisent" de l'argent (e.g. commerce de proximité) * Village vivant se donne les moyens de racheter des locaux de commerce dans la Drome. ### 3.8- ++[DAISEE & OSE @ Lyon](https://pad.lamyne.org/s/HJfeO15WG)++ Documentation compléte et exhaustive dans ce PAD : https://pad.lamyne.org/s/HJfeO15WG ### 3.9- ++Inventaire et Wikidata++ **Introduction à [Wikipédia](https://fr.wikipedia.org)** Ouvert à tous donc pas besoin d'avoir un compte, sauf pour réaliser des modifications spécifiques ou importer des images. Confiance a priori, modération a postériori. Wikicode est un peu plus vieux que le Markdown mais permet de mettre en page (éditeur graphique à partir de symboles interprétés). Salebot permet d'identier les fautes d'orthographe, les gros mots etc. **Introduction d'[Inventaire](https://inventaire.io)** Tu peux contribuer à la mise en commun de données sans en avoir conscience : ajouter d'un livre sur inventaire.io et faire des modifications, contribuer à la base de données ouverte. Historique : visible uniquement des administrateur pour le moment, mais à rendre visible par les utilisateurs (éditeurs anonymes), afin de **valoriser les contributeurs**. Des questions de vie privée se posent quand même. Traduction des articles avec *Transiflex* : l'interface est pratique mais de plus en plus privatrice malheureusement : ils étaient open source et ils ne le sont plus, et ça se ressent. Il est possible de lier des informations dans inventaire.io, qui vont chercher des wikidata et alimenter les infobox wikipedia. Le contenu de l'article wikipedia n'est pas dans wikidata. Mais les wikidata permettent de créer des infobox. Travail de WikiCite pour améliorer les données wikidata pour les données bibliographiques. **Inventaire.io : 2400 utilisateurs** De plus en plus connu dans le milieu wikidata, peu au-delà. La communication se fait via les conférences et quelques medias connaisseurs. La complexité de l'outil rend la communication compliquée. Il faut travailler à croiser les mondes vers les communs de la connaissance. Lorsqu'on contribue à inventaire.io, l'oeuvre a un identifiant inventaire.io, et pourrait permettre d'importer directement les données dans wikidata et automatiquement. Plus besoin d'aller dans wikidata. Pas possible d'ajouter des descriptions dans inventaire.io Il est possible de fédérer des comptes wikidata et inventaire. Ou d'éditer avec un compte IP ou compte wikidata L'outil de recherche a évolué. Le monde de wikidata, suivi par le monde académique permet d'utiliser inventaire.io pour les universités. Les contes pour enfants ne sont pas adressés car il n'y a pas de filtrage. (ex : petit ours brun est sur wikipedia mais pas sur wikidata). Mise à jour de la fiche : (1) ajouter la nature de l'élément (2) récupérer la données dans invenaire.io (3) ans inventaire : on peut créer le livre à partir du série, l'auteur et le titre de la série sont automatiquement hérités de la série. Les données d'inventaire ont un format de données très proche de wikidata. **Futur d'inventaire.io** * Le navigateur : aujourd'hui, il permet de voir les livres de son inventaire et/ou de son réseau + les livres dans le coin (par ordre chronologique d'ajout). Le futur navigateur permettra de voir par sujets + genre + à voir (selon un score de popularité = nombre de liens dans wikidata vers les données ; nombre de personnes qui l'ont, nombre de pret) + aléatoire * Monter une association. Modèle économique : modèles de Rramasoft et Wikimedia, ou vendre du service en aidant à mettre en place. Sur wikipedia : quelques salariés sont payés mais très peu, les contributeurs sont tous bénévoles. Wikimedia le 1er jeudi de chaque mois autour d'un wikitionnaire, dans les locaux de l'association Kotopo. 3ème jeudi de chaque mois à la part dieu Cbanne de la quenelle. ### 3.10- ++Monnaie La Gonette++ Titre : **Gérer la monnaie en commun : pourquoi, comment ?** Avec le laboratoire Triangle et La Gonette, monnaie locale lyonnaise ++Qu’est ce qui pose question sur le système monétaire conventionnel ?++ * Les banques ne veulent plus prendre aucun risque. L’argent tourne en circuit fermé entre les banques, les fonds de pensions, vers des secteurs pour faire de l’argent, mais plus forcément pour financer l’activité. À l’origine, c'est plutôt un système d’échange. * Les banques prêtent peu aux acteurs de transition (aux projets utiles mais moins lucratifs). * Alors que la monnaie locale permet de se faire moins impacter par les crises financières. ++La Gonette - En quoi cela peut répondre à cette problématique ?++ * Monnaie locale & citoyenne lancée il y a deux ans par un collectif de citoyens. L'adhésion annuelle est libre et responsable à l'association et à la charte pour utiliser la Gonette. * Monnaie fondante, permet de pénaliser la détention et l'épargne. Possibilité de passage à une monnaie numérique. Le taux d’échange est fixé à 1 euro pour une 1 Gonette. * 1300 utilisateurs. Organisation collégiale. Environ 50 membres actifs à la Gonette. **Evolutions et gouvernance** Il y a un certain nombre de groupes locaux qui sont en train de se constituer en dehors du noyau lyonnais. Avec comme volonté le développement du territoire d'utilisation de la Gonette. Il y a un conseil des utilisateurs qui se réunit chaque année, avec une élection des représentants. Volonté que l'esprit citoyen perdure, avec par exemple une prise de décision au consentement. Le collège des utilisateurs a voix consultative. L'idée des groupes locaux est de donner une certaine forme d'autonomie et de délibération non centralisée. **Gestion par consentement** C'est l'idée que personne ne s'oppose à la décision qui est prise. Personne n'a forcément d'objection aux décisions prises. Chacun peut formuler s'il a des objections, plus dans l'idée de relever dans dangers potentiels dans les proposions. Ainsi, l'intérêt de cette prise de décision est de lever une à une toutes les objections. (Souvent après la prise de décision, il y a une phase de célébration). En terme de forme, on pourrait dire que cela se rapproche d'un modèle de sociocratie. Chaque utilisateur ou chaque partenaire souhaitant participer à la Gonette doit signer la charte de fonctionnement / charte éthique. Dans le futur, une interrogation va se poser entre une volonté de se développer vers un nombre d'utilisateurs conséquents, avec la possibilité de rogner sur les valeurs, ou se concentrer plus fermement sur les critères éthiques quitte à étendre le réseau d'utilisateurs moins rapidement. Dans ce dernier cas, la Gonette pourrait avoir fonction de label. L'effet label sous entend une vérification dans le temps de la démarche de progrès. Or, ce suivi de prestataire est chronophage et onéreux. Il y a une étude sur le passage à la monnaie numérique. Le moyen, par exemple, de mutualiser avec d'autres monnaies. Une des problématiques qui se posent provient du fait de sa sphère d'utilisation : par exemple dans le cas d'un règlement d'une partie du salaire, il faudrait pouvoir l'utiliser dans un large spectre de commerces / immobilier / etc. Pour résoudre la problématique de l'utilisation, il faut essayer de développer la monnaie locale en remontant la chaîne de valeur, pour que les professionnels soient incités à rentrer dans le réseau, en pouvant eux-mêmes utiliser cette monnaie locale auprès de leurs fournisseurs. Une grande problématique se pose entre l'articulation entre la sphère marchande et la sphère non marchande. Dans ce cadre, éviter la marchandisation de secteur non marchand. ### 3.11- ++Faire Tiers-Lieu(x)++ - Dans un 1er temps, chaque participant a reçu une fiche projet (avec un projet existant ou possibilité d'en créer un). On doit ensuite arbitrer sur : quels composantes de ce projet sont à développer en priorité ? Ex. d'un projet de création d'atelier de co-reparation : arbitrer sur la priorité entre développement, gestion de projet, financements, partenariats... - Chaque participant doit ensuite détailler sur un post-it le premier temps fort à mettre en place pour la mise en oeuvre des axes jugés prioritaires. Ex : @Maïa développe une pile bactérienne. Son 1er temps fort = un atelier de co-conception. Elle va pour cela mobiliser des personnes qui auront les compétences qu'elle n'a pas pour mettre cela en oeuvre. Par ex. soliciter des étudiants en ingénieurs pour réfléchir au projet. - Chaque participan.e détaille les ressources mobilisées pour l'organisation de ce temps fort. ### 3.12- ++Essaimer les ateliers de réparation collectifs++ **[L'Atelier Soudé](https://www.atelier-soude.fr)** propose un atelier collaboratif et participatif de réparation électronique et électrique). L'association compte une trentaine de co-réparateurs, réalise 15 à 20 ateliers mensuels, et amorce un dispositif d'essaimage allié à un gros effort de documentation. ++Formation de co-réparateur.rice.s++ Première mise en place d'un temps de formation, avec un groupe de la MJC Villeurbanne. Cela fait suite à 6 ateliers mensuels menés sur place par l'équipe de l'Atelier Soudé, en veillant à identifier des participant.e.s motivés pour porter le projet. Cette démarche est soutenue financièrement par le Plan Education Développement Durable de la Métropole de Lyon et 3 autres lieux seront accompagnés dans la démarche d'essaimage en 2018. ([*Petit Guide*](https://annuel2.framapad.org/p/Formation-Benevoles)). ### 3.13- ++Ateliers mobiles de l'économie circulaire++ L'objectif était de réunir différents acteurs locaux de l'économie circulaire pour réfléchir, organiser et agréger des ressources pédagogiques pour un déploiement multi-lieux et multi activités. Ce projet a été initié lors des rencontres précédant le rassemblement de décembre, et sera relayé au travers de la [Maison de l'Economie Circulaire](https://lamaisondeleconomiecirculaire.wordpress.com/) ensuite. ++Contributeurs++ * L'Atelier Soudé * Consilyon ++Atelier mobile++ * Un kit d'outils permettant des réparations variées + un triporteur vélo avec plan de travail: travail sur le design * Un atelier de recherche d'information et de définition du besoin autour de triporteurs et vélo-cargos pour différents collectifs avait également été mené lors de la Fabrique des Communs 2016 à la MJC Monplaisir ++Activités sur place++ * Ateliers de co-réparation électronique * Réimplanter la consigne de verre à Lyon > Cette section est encore à compléter par les participant.e.s de cet atelier* ### 3.14- ++Réseau politique des transitions++ Qui : Anton Deums. Réalisateur amateur, militant il fut un temps, écrit aussi des articles. **Présentation** **Mobilab Songo** - Laboratoire mobile d'expérimentations citoyennes libres, écologiques et solidaires. Anton et sa femme @Romane ont fabriqué eux-mêmes le [camion](https://www.youtube.com/watch?v=A1FgYtyx0Tw&feature=youtu.be). Il leur permet de vivre plus simplement et sans contraintes financières lourdes, liées au logement. Ce mode de vie met au premier plan les besoins, et ils cherchent comment y répondre simplement. L'accent est également mis sur la transmission des pratiques autour du Mobilab. '*On apprend à faire des trucs, et quand on se sent assez à l'aise avec ce savoir-faire, on essaie de le transmettre*.' :::info [Vidéo - les petites astuces de l'autonomie](https://www.youtube.com/watch?v=6kaH1gOFm8c). Le projet leur à pris pas mal de temps depuis deux ans, mais il tend à devenir opérationnel et permet à présent de dégager du temps. ::: ++Commun politique++ Qu'entends-t-on par *politique* ? Nécessite un glossaire : comment se mettre d'accord autour? La gouvernance ne sert qu'à produire de l'action commune. Le but est de pouvoir se connecter pour agir ensemble. Meta-gouvernance = réseau de coopération entre organisations. Se connecter et produire des actions communes ; ces actions sont l'objet de fond de ce projet. ++La complexité++ Enjeu : faire émerger les conditions facilitantes. Exemple des règles dans les communautés open source. Anton présente 5 représentations successives des modes d'organisations : N°1 : niveaux de structures et infrastructures physiques et règles qui les accompagnent. N°2 : ensemble de ces structures et infrastructures physiques. N°3 : ensemble physique auquel on ajoute l’informationnel (langues, savoirs, langage, etc.) N°4 : ensemble physique et informationnel + flux/interactions en son sein N°5 : ensemble en perpétuelle évolution dans le temps. L'importance de travailler à une organisation ouverte & évolutive. Mettre en avant des problèmes avant qu'ils ne prennent trop d'ampleur. Pour un réseau compréhensif, responsabilisant, protecteur de ceux qui font (cf. open source), contrôlable (par les pairs). ++Qu'est-ce qu'on fait ?++ Anton pense qu'il est nécessaire d'ériger deux textes : une charte et une constitution. - **Charte** : cadrer ce qu'on s'autorise à faire avec cet outil - **Consitution** : Règles qui vont cadrer la manière dont on produit ce qu'on produit - **Glossaire** : pour partager un langage commun et définir les termes qui prêtent à débat Anticiper nos modes d'orga. et de fonctionnement du résea afin de pouvoir se passer du numérique, à termes, car l'outil n'est pas pérenne du fait de la non-disponibilité des ressources. Le réseau ne doit pas être dépendant de l'outil numérique car si ce dernier s'effondre et que toutes les communautés de communs sont basées dessus, on perd tout. Les outils employés doivent **permettre l'émergence d'actions communes**, un patrimoine informationnel et matériel commun. La question des licences juridiques parait difficile à éviter. ++Comment on le fait ?++ Background : sociocratie, holacratie, stigmergie, auto-organisation, démocratie liquique, gouvernance organique, cercle restauratif, communication non-violente... À expérimenter : l'annotation sociocratique des PADS (mettre des commentaires au lieu de réécrire directement). Ensuite, organiser des ateliers d'écriture collective - via le système d'annotations, et selon les règles posées par la constitution. La version beta de la constitution est disponible et ouverte à contribution sur [ce pad](http://annuel2.framapad.org/p/Constitution_des_Transitions). Il n'y a "que" 26 articles - bel exercice de synthèse. La *Charte Commune d'Equilibre Dynamique* rassemble les cadres de contribution et de gouvernance de Tilios, les pratiques et philosophie du LowTech, les réflexions du Convivialisme etc. Pour affiner et partager ces textes, il serait bien d'organiser des ateliers d'écriture collective en janvier (en ligne ou en live ?), selon les possibles opérationnels et les disponibilités de chacun. Modèle des **conventions citoyennes**, utilisés dans certains pays lorsque, par ex., un problème identifié n'a pas forcément de solution "triviale" → est élu un collège de citoyens, choisis au hasard, à qui l'on donne les moyens de travailler à résoudre ce problème. Image d'un bateau : il faut qu'on se mette tous d'accord sur là où on veut aller, ceci dit tout le monde ne pourra pas tenir le gouvernail. → Trouver cet équilibre entre une prise de décision pleine et partagée, et l'application coordonnée des décisions, nécessairement par quelques-uns et non par tous. → Intérêt à reconnaître les différentes stratégies et leur complémentarité. Un objectif commun : la **transversalité**. Les besoins pour faire émerger le réseau des transitions : 1. Rédaction de la charte "des pratiques" ? 2. Proposer des actions communes à réaliser Un calendrier prévisionnel de l'émergence du modèle de méta-gouvernance. - 2017 : premier modèle - 2018 : tests, itération - 2019 : essaimage ++Horizon 2022++ Tentative de raconter ce qu'il s'est passé en 2017 : Emprunté à la méthode du *Dragon dreaming* "Il était une fois en 2017...", on a réussi à faire un truc exceptionnel. L'idée un peu folle était d'organiser un événement sur plusieurs années, en partant d'un terrain vide, et d'apprendre à s'autonomiser ensemble (à l'image de la [POC21](http://www.poc21.cc/)). Rassembler les valeurs qui nous portaient déjà à l'époque et qui constituaient le "cadre contraignant" du projet (lowtech, convivialité politique et outillée, bienveillance, coopération). Cela s'est passé dans le sud de la France, à Saint Julien. On s'est réunis une semaine pour travailler tou.te.s ensemble ; explorer toutes les failles juridiques qui permettaient de créer ce projet ; construire des logements, des cuisines ; documenter chaque élément que l'on faisait. On a réussi à se mettre en lien avec des producteurs locaux, faire du woofing par exemple, s'approvisionner en bonnes denrées. D'année en année on est revenus sur le même lieu et on a poussé toujours plus loin notre projet, nos réseaux de contribution, nos compétences et nos construits. → Petit festival collectif sur 3 ans. "*Lorsqu'un seul homme rêve, ce n'est qu'un rêve. Mais si beaucoup d'hommes rêvent ensemble, c'est le début d'une nouvelle réalité*" - Friedrich Hundertwasser **Echanges** * Q. @Julien : les collectifs n'attendent pas que tout le monde soit d'accord pour agir, et avoir cette injonction démocratique est un leurre et un obstacle à la coopération effective entre communautés. * R. @Anton : c'est précisément le sens du cadre ouvert qui est posé, et qui fonctionne selon le consentement plutôt que le consensus. Mais il y a effectivement des risques de lourdeur importants, et il faut rendre la prise de décision et l'organisation les plus légères possibles. * Q. @Maïa : Dans le planning il y a "identifier ce qui existe déja". Les réseaux de la Transition existent et sont très actifs dans cette dynamique. Est-ce que tu as pu étudier les plateformes existantes sur ces sujets (Communecter, les Colibris...) ? → Questionne le besoin de créer une nouvelle plateforme * R. @Anton : oui mais les éléments existants ne parviennent pas à répondre à : *comment on monte ces projets-là collectivement*. La problématique du numérique se pose aussi fortement pour ces plateformes, il faut créer d'autres outils de réseau qui s'émancipent de ce besoin. En tout cas, j'essaie de mettre dans la boucle de tous les projets et initiatives qui font ça (réseau des transitions) mais je n'ai pas trouvé encore un projet qui réponde à ce besoin. * Q. @Thomas : Je suis optimiste pour le projet. Cette structure peut augmenter la responsabilisation des individus. Les réseaux des transitions existants sont pour le moment assez frileux ou insuffisamment armés pour s'ouvrir et se fédérer. * R. @Anton : cette volonté EST partagée, de fait. Mais il nous manque un cadre, qui permet d'agir et de coopérer à cette échelle-là entre les collectifs. Il faut maintenant identifier pourquoi on arrive pas à se connecter, et tenter d'y répondre. * Q. @Julien : créer une structure entre organisations, c'est prendre certains gens et pas d'autres. Par ailleurs, ça demande des niveaux d'abstraction successifs à déconstruire et à réencaster dans les pratiques. * Q. @Rieul: Pourquoi une charte (c'est complexe) plutôt qu'un manifeste (plus simplexe :)) ? * Q. @Isabelle, à propos de l'événement "rêvé" par Anton : Tu pars de zéro? * R. @Anton : On va éviter de réinventer la roue, se ressaisir de ce qu'a fait POC21, des labels lowtech, tiers-lieux etc. * Q. @Florence : L'investissement des personnes n'est pas exponentiel, c'est toujours les mêmes et beaucoup de gens ne souhaitent pas s'impliquer. * R. @Valentine : Je pense que ça va devoir se produire ; l'investissement de plus de personnes dans ce genre d'initiatives adviendra par nécessité politique et structurelle. * R. @Anton : la société thermo-industrielle va très probablement s'effondrer. La vraie question c'est : Qu'est-ce que l'on veut créer d'autre ? D'où la nécessité de se connecter. * Q. @Rieul : Clarifier l'impératif d'intégration très large : axer sur une '*exigence d'inclusion*' plutôt que nécessité d'intégration !! L'exigence d'inclusion signifie d'être ouvert, dans une logique de contribution en communs. Il n'y a pas d'impératif à connecter les gens, mais une exigence à créer des liens entre des choses existantes qui font les choses bien. * R. @Anton : Je le vois aussi comme ça. Le but de se réunir est plutôt de créer un cadre pour faire ensemble ce qu'on ne peut pas faire seul. Aujourd'hui on s'habille tous avec des fringues / tel / ordis / voitures / etc... qu'on n'a pas créé et/ou qui ne sont pas créés dans le cadre d'un commun. * Q. @Julien : Pour avoir un vrai impact, il faut mettre les autorités publiques et les entreprises dans la barque, quelque soit notre sentiment personnel par rapport à celles ci. * R. @Anton : Oui il faut les intégrer, mais ne pas reprendre les modèles de gestion du public ou des entreprises. Employer la 3e voie : ouvrir du commun. * Q.@Thomas : Est-ce que tu as réfléchi aux stratégies qu'on pourrait mettre en oeuvre pour avoir accès aux chaînes de production, la réappropriation des usines ? Le manque d'accès au matériel et aux outils de création du matériel constituent un gros frein à la production de commun. * R. @Anton : Grave ! **Ressources** * Essai pour un Réseau “politique” des Transitions : * Introduction 1/5: https://medium.com/essai-pour-un-r%C3%A9seau-politique-des-transitions/introduction-1-5-85b1e6c1c698 * Prise en compte de la complexité 2/5: https://medium.com/essai-pour-un-r%C3%A9seau-politique-des-transitions/prise-en-compte-de-la-complexit%C3%A9-2-5-5633892d3dc3 * Constitution des Transitions 4/5: https://medium.com/essai-pour-un-r%C3%A9seau-politique-des-transitions/constitution-des-transitions-4-5-e801020be6a8 * "Plateformes de transition" : [Communecter](http://communecter.org) // [Colibris](http://colibris-lemouvement.org) // [Transition²](http://fing.org/?-Transition2-) * Groupe "Méta-gouvernance au service du commun" : https://www.facebook.com/groups/464176783933057/ ## 4- Bilan de l'édition 2017 ### ++Retours sur le processus de septembre à décembre++ * **@Baptiste** : le processus (quatre mois de rencontres 2 fois par mois avec les acteurs du territoire) est issu d'un historique lyonnais autour des communs depuis 2012. La MYNE se positionne en "co-porteur" de la Fabrique 2017 pour soutenir ces dynamiques et installer la mobilisation des communs dans un temps plus long que le temps de l'événementiel. La Fabrique a permis et permet de faire émerger des questions, des coopérations entre des structures et des collectifs. * **@Claire** : La mesure d'impact a débuté au mois de septembre à l'initiative de La MYNE et Coexiscience. L'idée était de mesurer les changements induits par un événement comme la Fabrique. Les modalités de mesure ont donné lieu à de nombreuses discussions (cf. pad associé). Comment doit-on co-construire une méthodologie commune de mesure d'impact ? Un [questionnaire](https://docs.google.com/forms/d/12m__tdsL6NiZlmTLCevMURrL5n3sxqSGjHOzM8kG93M/edit?ts=5a2bc12d) a été soumis aux participants (numérique et papier). * **@Baptiste** : D'autres projets avaient été mis en place dans le processus de septembre à décembre. Notamment avec @Michel de Consilyon : pour la mise en place d'une laveuse pédagogique de verrerie, et d'ateliers mobiles à mettre en place sur les marchés autour de l'économie circulaire pour inciter les gens à expérimenter différents aspects de l'économie circulaire (réparation vélo et électronique, zéro déchet, récupération alimentaire etc.) --> Résultat : de très faibles contributions. Le processus doit continuer à la MEC (Maison de l'Economie Circulaire). * **@Michel** : Un problème de communication. Besoin d'un autre langage, plus accessible. Des textes longs et compliqués empêchent la participation de tous. Difficulté à rentrer dans l'énergie du mouvement. * **@Camille** : Il était question à l'origine de faire de la communication auprès d'autres publics, avoir un vocabulaire plus simple et inclusif. * **@Sayat** : Met l'accent sur le rôle d'accueil (Le concierge). ### ++Exclusion par le langage et par la masse d'information++ ![](/uploads/upload_2c19db7a15b327c500ca809b3f6eb1e9.jpg) * **@Tim** : Est-ce que c'est évitable ? Toute entrée dans un nouveau lieu, nouvelle communauté, etc. demande un temps d'adaptation. * **@Sayat** : Fait la comparaison avec le *Fabulous Contribution camp* qui a eu lieu au Grrrnd Zero le WE du 25/26 novembre, organisé par Framasoft et la Quadrature du Net. A fait se rencontrer des développeurs et des citoyens qui ne parlent pas la même "langue". * **@Françoise** : On se réunit, on propose ensemble et on fait ensemble : c'était la proposition initiale. * **@Valentine** : Les acteurs porteurs de projets, d'initiatives de communs etc. n'ont pas le temps de s'investir dans un processus comme ça, où l'on avait rien à leur offrir tout prêt. Notre proposition c'est "on fait ensemble". C'est passionnant mais est-ce faisable, réaliste ? Il faut revoir la méthode. * **@Claire** : L'an dernier on est parvenu à avoir des gens du quartier de Montplaisir, on a beaucoup travaillé avec la MJC. Il faut une communication ciblée, multi-supports. * **@Rieul** : La communication est un faux problème. On doit se placer dans une dynamique d'appel à communs, pas d'appel à projets. Il y a certes ici peu de gens, peu de personnes du quartier Confluence, peu de nouvelles pratiques effectives des communs. La FdC n'est pas un événement mais il dure depuis l'été et il va continuer en 2018. Parler d'appel à projet autour des communs n'a pas beaucoup de sens et nous place de fait dans l'arbitraire. Les communs ne peuvent être valorisés sur une base d'appel à projets. Enfin, la FdC n'est pas spécifiquement lyonnaise, c'est partout, et cette année a permis une mise en contact entre Lyon et le réseau francophone des communs. * **@Baptiste** : Un retour sur le projet *Titre à Venir* (porté par David et Elodie) ; un autre projet qui à été amené en même temps que la Fabrique et avec lequel des ponts ont été créés. Titre à venir est un processus artistique gouverné en bien commun(s). C'est un format participatif d'art collectif autour de la thématique de l'anthropocène. Des points de contacts ont été créés (notamment la rencontre du 20 octobre, qui a toutefois été un peu source de confusion pour le public). * **@Claire** : Combien de projets ont été co-conçus comme un processus dans le cadre de la Fabrique ? * **@Sylvia** : Pas sûre que la seule logique à apprécier soit à observer sous l'angle de la "production". Une des réussites notables est d'avoir réuni beaucoup de gens de collectifs très différents et variés dans le processus. Aide à mieux se connaître. * **@Valentine** : Il existe un décalage problématique entre le "contrat" de base passé avec la Métropole de Lyon (porter 5 projets à faire émerger de septembre à décembre) et les réalités de nos différentes communautés (qui ont déja la tête sous l'eau). ### ++Retour sur l'évenement (9 & 10 décembre 2017)++ ![](/uploads/upload_c40ef45ec952ebe7a320b21b263d34f0.JPG) * **@Emmanuel** : Est venu présenter Open Source Ecologie et parler des communs energétiques. C'était inspirant et des liens avec de nouvelles personnes ont été créés. * **@Tim** : Est venu parler des outils numériques libres et open source. Très intéressant. Pour lui l'atelier est un prétexte pour voir les gens et voir ce qu'ils va se passer après. Bilan : C'est sympa mais il faut pas trop se prendre la tête. * **@Sayat** : Sur la même fréquence que @Tim. Arrivé par l'Atelier Soudé. Les événements c'est toujours bien, ça donne des espaces et ça permet de transmettre. Pour ce qui est de l'inclusion sociale, ça viendra, en tout cas ce n'est pas une affaire de communication. * **@Inconnu.e** (contributeur à Wikipédia & OSM) : Plutôt content d'être venu. * **@Inconnu.e** (contributeur à Wikipédia) : Est venu par une note laissée sur wiki. Extrêmement content de trouver un espace comme celui-ci autour du bien commun et de rencontrer des gens investis sur ces thématiques. * **@Inconnu.e** : Le démarrage était un peu dur, mais réalise qu'il a vraiment envie d'en apprendre plus. Une prise de conscience du/des tiers-lieu(x). * **@Thomas** : Très content, heureux de la bienveillance des participants. Les problèmes organisationnels sont très soulignés mais l'événement en lui-même vaut le coup. Toucher les locaux et autres groupes sociaux, etait-ce vraiment l'objectif de la FdC ? * **@Jonathan** : Je viens observer et c'est interessant, il faut continuer pour changer les choses. * **@Melia** : Je ne devais pas être là mais l'énergie investie autour de la FdC m'a plu, j'ai voulu contribuer moi aussi. Frise participative : résultats rigolos. Il y a eu aussi beaucoup d'entraide et communs dans l'organisation. Les communs en vrai ça veut rien dire pour la grande majorité des gens ! Mais il faut lui construire du sens et ce genre d'événement fédérateur permet cela. * **@Fabian** : A pris le processus en cours. Frappé par le processus et la dynamique de contribution. Permet d'éprouver le réel et le commun en situation. L'essentiel n'est pas le nombre de participants à l'événement. * **@Claire** : Contente d'être ici et de voir que la dynamique des communs a pris corps. Etait dans l'organisation du "Temps des communs" et de la Fabrique depuis plusieurs années. Très contente de constater que les initiatives qu'elle a porté.e.s se sont transmises effectivement. A apprécié la convivialité et la qualité de l'événement, même s'il y a eu peu de gens. Un grand regret : sur la gouvernance, pas assez de mutualisation. Les fondations posées n'ont pas assez été réutilisées, une nouvelle maison a été créée à la place. Importance de mutualiser pour savoir ce que l'on fait ensemble. * **@David V.** : N'a pu venir qu'aujourd'hui. Etait présent les années précédentes. Est intéressé par le changement d'échelle du processus * **@Françoise** : Rejoint David. Important d'amener les assos à contribuer réellement aux communs avec bienveillance, donner la main à d'autres manières de s'organiser * **@Adèle** : MJC très contente, adaptation bonne finalement. Ce lieu est fait pour ça. J'aurais bien aimé voir des gens jardiner un peu, etc. Incompréhension sur le choix de la date (cf. Fête des Lumières). * **@Baptiste** : Co-pilote. Le sondage visuel réalisé par @Melia "les communs : je connais/pas, je pratique/pas" est intéressant car cela reflète la diversité des publics, ceux qui connaissent, qui pratiquent, et ceux qui sont moins familiers avec les communs. Le processus itératif avant l'événement était exigeant et difficile, mais c'est ce qui nous a fait **faire commun**, établir des connexions avec d'autres villes, réaliser de gros efforts de documentation, et mettre la bienveillance au coeur de notre démarche. Trouve un sens à voir s'ériger plusieurs maisons. Peut être arrivera-t-on à faire un village? * **@Alain** : N'a pas participé au processus mais juste le weekend. Constat que le mot "commun" est de plus en plus revendiqué par les collectifs présents ici, et ça leur est utile. Sur la question de l'inclusion : comment expliquer clairement le commun aux gens pour que ça puisse être quelque chose qu'ils puissent reconnaitre ailleurs? cet avenir se construit en communs. Evénement intéressant et belle dynamique autour des communs en ce moment, il faut pas lacher. * **@Michel** : Très enrichissant ; surtout de part les rencontres, notamment lors des réunions des 10&20 de chaque mois (questionne par ailleurs la praticité de ces occurences). Les communs : on continue ! * **@Julien** : Acteur de Lille, suit de loin les pratiques lyonnaises. Content de pouvoir venir, rencontrer les gens en vrai, discuter, et comparer avec son environnement. Etait content de mieux connaître La Myne. Intéret pour les ateliers sur la mise en réseau des transitions. Comparaison avec les ROUMICS organisées dans un quartier populaire de Roubaix.... avec 0 retour presse. C'est très compliqué de toucher le local. * **@Bruno** : Vient de Paris. Pas spécialement pour la Fabrique à la base, mais a pu coupler ça avec l'accompagnement de la communauté d'Alfortville qui cherche à faire tiers-lieu autour de la transition écologique (Zone-AH!, J'aime le vert). Intérêt d'échanger sur nos pratiques. * **@Sylvia** : Designer, travaille sur le design des politiques publiques. Le travail de la MYNE a permis d'enrichir les questions de politiques publiques et de faire entrer les communs dans l'innovation publique. En terme de bilan, une avancée notable en terme de choix : on dépasse la question des bénéficiaires de nos actions et on va plutôt chercher à changer le système. Nous avons besoin de proposer d'autres modalités. * **@Valentine** : Copilote. Globalement très d'accord avec Sylvia. Très contente de l'événement qui s'est passée (presque) sans soucis organisationnels. Sur la communication : la question de l'inclusion est intéressante. Mais on ne l'a jamais vue passer en 5 mois. Pourquoi maintenant ? Sur la mobilisation du réseau et les efforts de communication : Soyons tous acteurs de ce que l'on veut améliorer. La communication est précisément un levier d'orga saisissable par tous. Si chacun relayait dans ses réseaux et faisait une partie de l'effort de communication attendu, ce serait bien plus efficace. "Critiquons, donc contribuons !" * **@Maïa** : Contributrice à l'assemblée des communs de Lille. A pu prendre connaissance des communautés des communs de Lyon. Extrêmement (positivement) surprise de la vivacité des pratiques du commun à Lyon. Il faut plus communiquer à l'extérieur ! Elle apprécie la formulation du tableau : Remplacer des critiques par des éléments contributifs : *Je vais œuvrer pour que ça se passe mieux !* ## 5- Une assemblée en 2018 ? * [Échanges préliminaires sur les assemblées](https://pad.lamyne.org/s/H1P7jBneG#4-rencontre-initiatrice-du-10-d%C3%A9cembre) * [Compte-rendu des échanges du 10 décembre](https://wiki.lescommuns.org/wiki/Vers_une_Assemblée_des_Communs_à_Lyon_-_1) * [Suivi des Assemblée des Communs à Lyon](https://wiki.lescommuns.org/wiki/Vers_une_Assemblée_des_Communs_à_Lyon) --- :::warning Licence juridique de ce document à définir avec l'ensemble des contributeurs concernés. ::: :::info ++Propositions++ * @Rieul : CC-BY-SA + réciprocité => @NicoL : nous pouvons tester le '[coopyright](https://www.evernote.com/l/ADiImJW0Pn5E4qn1MdIaINj3UJsMf1kfsm4)' * @Nico : IMHO, il faut en discuter avec tous les animateurs d'atelier (à minima)